VINCENT ROCA

Journal de certains jours du mois

 
Le trésor de Rackam le rouge
 
Journal de certains jours du mois, agrémenté de dessins  empruntés à l'univers tintinesque (et titanesque) de Hergé (demande d'autorisation transmise à Moulinsart S.A., pas de réponse à ce jour).

Mois précédents :

 Archives

 

13 juillet :


Ah ! enfin quelqu'un qui n'affiche pas sa prétention...

12 juillet :


Délicat...
(oui, mais c'est du 2ème degré, bien sûr !)

11 juillet :


Le titre !

10 juillet : 


C'est hilarant, l'affiche le dit...


Culture autrement : allons bon...
C'est tiré par le... !

9 juillet : 


J'ai un visage expressif, je bouge,
J'ai de drôles de lunettes,
J'ai de longs cheveux fous,
Jai un titre qui interroge...



Je fais de la pub pour les fauteuils Chesterfield

8 juillet : Avignon, affiches mâles


Mais qu'y-a-t-il sous ce crâne proéminent ?
Envie de caries et de succès alternatif...    



Il y a une femme sur cette affiche... si, si !
Et un émoticône qui pleure de rire,
ce qui donne une indication...
Et des lettres en vert...
Espérance ? Écologie ? Daltonisme ?

7 juillet : Avignon s'affiche pas mal...




Envie d'un mois sans jours pairs ni impairs...


3 juin : salut mon Jacques


1er avril : poisson ou poison ?



15 février : Le geste qui tue

Un drapeau pour la solennité, une étoile pour l'éternité, une chemise blanche pour la virginité, une cravate pour la fermeté, un costume pour la gravité, allez... un petit geste, c'est à vous !

François Fillon : "Fictifs, les emplois de Pénélope ? Non, non, je vous assure...
Ou alors un tout petit peu..."



Sean Spiecer, porte-parole de Trump, promet qu'il ne mentira jamais. 
Ou alors un tout petit peu...

Tintin en Amérique


19 janvier : Le geste qui tue

Ce matin dans mes spams, deux propositions :

Viagra et Assurance obsèques !

Le retraité que je suis est donc (toujours !) une cible commerciale, voilà qui me réconforte.

Même si les deux produits proposés ne sont pas du tout de même nature : le Viagra concerne le vivant que je suis (encore !) et l’Assurance obsèques le mort que je serai (bientôt !) D’un côté l’impuissance, qui me rappelle que la retraite est l’inévitable berceau de la vieillesse et de l’autre la mort, qui enfonce le clou : dans ce berceau, sous la couette, rôde l’impuissance ultime, la débandade généralisée, même si le corps, on a sa fierté, se raidit une dernière fois… Et, si l’on y réfléchit bien, sous l’oreiller, se blottit aussi la culpabilité : l’impuissant laisse le partenaire sur sa faim, et le mort laisse la famille sur sa fin…

L'oreille cassée

 

11 janvier : Conseils pour 2017



4 septembre : Quand les pharmaciens se font épiciers...

                                                     AVANT

Pub.jpg

                                                     APRÈS

Tintin en Amérique


19 mai : normal

Pour mon anniversaire, petit cadeau de mon urologue au vu de mes dernières analyses :

"PLUS QUE STRITEMENT NORMAL" m'a-t-il dit !

Bon, normal, je connais. C'est un costume que je porte très souvent, on me dit qu'il est élégant et discret. Oui, je sais. Je n'aime pas trop l'enfiler, mais à hôpital, devant un médecin, quand j'apoprte des analyses, j'adore le mettre...
Strictement normal : là aussi, ça ne m'étonne pas, il est fait sur mesures... Et puis je le porte depuis si longtemps, nous nous sommes habitués l'un à l'autre. Et les accrocs passent pour des fioritures...
Plus que strictement normal : là, ça m'inquiète un peu... Le costume prend des allures de camisole... J'ai l'impression de ne plus pouvoir bouger, que les coutures vont exploser !
La normalité me va comme un gant de crin.






Les bijoux de la Castafiore


8 avril : Prudhommesque Déclaration (PD)

Traiter un coiffeur de PD, ce n'est pas, d'après le Conseil des prudhommes de Paris, un propos homophobe. Pourquoi ? Parce que, c'est bien connu, il y a beaucoup d'homosexuels chez les coiffeurs. Et voilà, embarquez, c'est jugé ! Suivant...



Bien sûr, traiter une femme de femelle, n'est pas un propos sexiste, puisqu'il y a beaucoup de femmes sur la planète (à peu près moitié moitié, non ?).

Tintin en Amérique


25 mars : formule alambiquée

Christine Defraigne, présidente du Sénat belge, lors de la cérémonie d'hommage aux victimes des attentats de Bruxelles du 22 mars 2016 a déclaré :

- La tolérance ne permet pas de tolérer l'intolérable

Langue de fer ? Langue de bois ? Langue de grume ?

Sur le même shéma, on pourrait dire :

La connaissance ne permet pas de connaître l'inconnaissable
Le discernement ne permet pas de discerner l'indiscernable
L'éducation ne permet pas d'éduquer l'inéducable
La prévoyance ne permet pas de prévoir l'imprévu

Par contre :

Le commerce permet de vendre l'invendable
La misère permet de vivre l'invivable
Le temps permet d'user l'inusable

L'île noire


24 mars

Darty est à vendre. Conforama a fait une offre d'achat supérieure à celle de la Fnac.

Darty, Fnac, Conforama,
Cherchez l'intrus !



 

Tintin en Amérique


9 février



- Pourquoi je ne suis pas dans ton fond d'écran ?





L'étoile mystérieuse


1er février : brève de lavomatic (pas drôle)

Entendu ce matin à la laverie automatique :

"Je ne suis pas raciste ! J'ai habité pendant 35 ans à Rogny sous Bois. C'était très bien. Il y avait plein de noirs et d'arabes, mais ça s'est très bien passé. Bon j'ai été agressé trois fois. Par des noirs et des arabes. Mais je n'ai aucune raison d'être raciste. Mon fils, lui, est Front National. Moi je suis complètement à l'opposé ! Depuis cinquante ans je suis de gauche et ma famille vote à droite. Mon fils me dit :

- C’est le Front National ou l'État Islamique...

Alors je lui ai dit, dans ce cas-là, effectivement, il vaut mieux choisir le Front National !"

Tintin au Congo


janvier 2016 : En voeux-tu ? J'envoie... là !

L’année 2016 faisant encore, dans une large mesure, partie de l’avenir, et puisque je n'ai, quant à moi, aucune propension ni aptitude à influer sur le futur de qui que ce soit, il me semble raisonnable de vous souhaiter simplement qu’au soir du 31 décembre 2016 vous soyez encore là pour pouvoir, en toute connaissance de cause, dresser le bilan de ce qu’aura été, pour vous, l’année écoulée et constater, à votre grand dam, que tous les voeux que j’aurai bien pu imaginer vous faire parvenir aujourd’hui, n’avaient rigoureusement aucune chance de se réaliser, du moins dans l’exacte mesure de leur formulation, aussi sincère et sobre fût-elle.

Carte de voeux de Hergé décembre 1969