VINCENT ROCA

Journal de certains jours du mois

 
Le trésor de Rackam le rouge
 
Journal de certains jours du mois, à l'envi et à l'envie, quand ça vient, quand ça va, ou quand ça va pas, à l'occase, au débotté, au jour le mois, question d'idées...

Mois précédents :

 Archives

 

15 octobre : On ne rigole pas à l'Ehpad de Birmingham
Mais les hommes boivent...


8 septembre

Ceci est un joli distributeur de billets
comme faisant partie des murs
et décoré pour faire style
on est à Portofino
cité de riches en yacht
et de pauvres à quai
autour de ce distributeur
des boutiques Yves Saint Laurent
Dior et consorts
petite jupette colorée à 5600 euros
le distributeur c’est pour les pauvres
pour retirer quelques billets
pour se payer un souvenir
un torchon vaisselle « Pape Francesco »
ou un cocktail paille et quartier d’orange
et dire qu’on y a été
à Portofino
qu’on a fait les boutiques
enfin léché les vitrines
et qu’on a fait les cinque terre
et qu’on a fait l’Italie
et l’Italie vous remercie
et les vendeurs de souvenirs
et les restaurateurs
et le gérant des parkings
et les loueurs de gîtes
aussi
et tous vous offrent
ce joli distributeur dégobillé

30 août : Laurent Baffidé d'Hanouna

Hormis un très mauvais souvenir, lors de mon unique "télé" chez monsieur Patrick Sébastien*, et bien qu'il fût l'ami de mon ami François Rollin**, quelque chose me gênait chez Laurent Baffie. Je ne savais pas trop quoi. Maintenant je sais, précisément. C'est qu'un jour Hanouna ferait appel à ses services. Et surtout qu'il accepterait***.

* C'était il y a très longtemps, 2001-2002, j'avais fait avec mon texte "classé coeur" une intervention "remarquée" dans "C'est show", et monsieur Sébastien m'avait proposé de revenir la semaine d'après pour remplacer un humoriste empêché (Bruno Solomone, je crois). Lors de la répétition, j'avais présenté un texte, puis, à la demande de l'animateur, un deuxième et enfin un troisième. Le choix s'était fait sur l'un des trois textes, par vote des membres de l'équipe présents, protocole qui aurait dû m'inquiéter, mais j'étais, et suis encore, un novice en matière de télévision. Le soir, lors du tournage "dans les conditions du direct", figurait parmi les invités monsieur Laurent Baffie qui me gratifia d'une poignée de mains minimale, car il savait que j'avais été "introduit" par son ami François Rollin aurprès du maître de cérémonie. Mon intervention fut catastrophique, très peu de rire, le second degré manifestement ne passa pas, et le brouhaha général qui suivit, alors que le tournage continuait, me fit comprendre qu'on avait déjà décidé que je serai coupé au montage (une de mes spécialités !). À la fin du tournage, je partis la queue entre les jambes, dépité, honteux d'une certaine manière, et personne ne vint amicalement me taper sur l'épaule pour me réconforter, ni monsieur Sébastien qui m'avait "engagé" avec enthousiasme, ni (et encore moins) monsieur Laurent Baffie qui m'ignora totalement.

** Mon François, je sais, nous ne nous voyons plus, tu me reproches sans doute d'avoir "coupé les ponts", mais tu restes mon ami, au fond du coeur. Alors je t'en prie, ne suis pas ton pote Baffie (s'il est encore ton pote). Rollin chez Hanouna, je rends mon tablier, ma toque, ma bavette, ma blouse et mes gants.

*** Car monsieur Laurent Baffie, il n'y a pas si longtemps déclarait à propos de l'émission Touche pas à mon poste : "L'antichambre de la beauferie, ça n'a rien à voir avec le journalisme !" Bienvenue dans l'antichambre, Laurent ! Encore une porte et tu y seras...


10 août : rouler en Rolls...
et déplacer les montagnes...