VINCENT ROCA

Du Roca...

 
Éternelles questions, éternelles réponses...
Extrait d'une interview faite pour la revue ANC de la ville d'Arcueil, en décembre 2017 

D'où vous vient ce goût pour les mots, l'écriture ? (vous étiez bien prof de mathématique?)

Mes premiers plaisirs (solitaires !) d’écriture, dans mon souvenir, sont, à l’âge de l’adolescence, la rédaction de lettres à mes parents. Je n’arrivais pas à raconter mes journées de vacances, dans ce qu’on appelait à l’époque les « colos », au premier degré. Cela me semblait dénué de tout intérêt. Alors il me fallait fleurir la chose, glisser des chausse-trappes, faire sonner les mots différemment, bref, m’écarter de la banalité (de l’écriture, mais probablement aussi des jours à raconter !) et m’amuser en espérant que mes lecteurs s’amusent également.

Et puis, à l’époque, j’étais tombé dans la marmite Raymond Devos, dans le chaudron Boby Lapointe, dans la cocotte Boris Vian et ne voyais déjà plus l’intérêt de m’exprimer comme le faisait le présentateur du journal de 20h ou le Président de la République (qui était-ce en ces temps reculés ? De Gaulle ? René Coty ? Mon dieu, ce n’est pas possible d’être aussi vieux !!!)


Et les mathématiques, me direz-vous ? J’étais fasciné car il s’agissait d’une véritable langue, avec son vocabulaire, sa grammaire, ses conjugaisons… Et ça véhiculait du mystère, là encore, à mille lieues de la banalité… Et ces mathématiques m’ont donné une rigueur qui allait m’aider dans mes recherches linguistiques ! J’additionnais les mots, je soustraiyais les sons, je multipliais les sens, je divisais les expressions et tout ça avec l’outil mathématique de base : la logique. La logique fut mon école de l’absurde…

 

Qui sont les auteurs qui comptent pour vous ? Qui vous accompagnent au quotidien ?

Comment ne pas citer
l’immense Pierre Desproges (grand horloger de la phrase),
le subtil Raymond Queneau,
le terrifiant et drôlatique Beckett,
le redoutable Cioran,
l’envoûtant Faulkner,

et, pour sortir des auteurs morts,

le doux Paassilina (et son lièvre de Vatanen),
le génial Éric Chevillard, auteur de nombreux romans aux Éditions de Minuit et de très beaux aphorismes, tels que celui-ci :
« Tu ne fais pas ton nuage, tu parais pluvieux ». 

Photo : Anne-Élise Barré


Vincent Roca au 12ème Festival du mot
La Charité sur Loire - mai 2016


J'ai deux mots à vous dire


Le mot de l'année :

Réfugié(s)

En conclusion de l’article du Figaro qui présente le mot de l’année 2016, je  lis ceci : «Cette année, l'humoriste qui commente à chaque édition le mot de l'année sera bien en peine de faire rire le public», conclut avec gravité Marc Le Carpentier. Merci, cher Marc, de cette pensée… grâce à toi, le public aura au moins souri une fois… .../...

 2016 Mot de l'année.pdf


Vincent Roca au 11ème Festival du mot
La Charité sur Loire - mai 2015


Le Roca du jour



Le Roca du Jour 2015-Article Journal du Centre


Remise du Prix Raymond Devos à Jean-Jacques Vanier




Texte-pour-Vanier-.pdf

Vincent Roca au 10ème Festival du mot
La Charité sur Loire - mai 2014





Vincent Roca au 9ème Festival du mot
La Charité sur Loire - mai 2013


Vincent Roca, François Morel, Xavier North, Marc Lecarpentier - dimanche 2 juin 2013




Remise du prix Raymond Devos 2013 à François Morel
Par Xavier North, délégué général à la langue française et aux langues de France




V. Roca, Marc Lecarpentier, René de Obaldia, Gaétan Gorce, Michèle Kirry (Préfète de la Nièvre)

Le Camion d'Alimentation Générale Culturelle



 Camion d'Alimentation Culturelle mai 2013

Le mot de l'année :
Transparence (jury) et Mensonsge(s) (internautes)

Je ne voudrais pas semer le trouble, mais la transparence, pour ne rien vous cacher, j’ai du mal à y voir clair. Transparence : caractère d’une matière qui laisse passer la lumière et paraître avec netteté les objets qui sont derrière. Exemple, la transparence d’une robe. Elle laisse passer la lumière et paraître avec netteté le derrière. Ou la transparence d’une vitre. In vitro veritas... .../...

 Mot de l'année


Festival Jean Ferrat Antraigues 19 juillet 2014

Extraits des chansons de Jean Ferrat
Au piano : Nathalie Miravette (aidée par Bernard Joyet au tournage de pages !)



Vincent Roca, êtes-vous le fils de Robert Rocca ?
Réponse sous forme de lettre ouverte et ouvertement de mauvaise foi dans laquelle vous trouverez également une photo qui, je l'espère, mettra fin à cette sempiternelle question...


Madame, Monsieur, 

bien que vous soyez la 2843e personne à poser cette question relative à Monsieur Robert Rocca, je me fais un plaisir de vous apporter les précisions suivantes : Robert Rocca et moi-même ne faisons pas partie du même arbre généalogique. Le sien fait partie des arbres à feuilles caduques, d'où son charme, le mien fait partie des arbres à feuilles persistantes et signantes, ce qui peut provoquer, pour certaines personnes, je veux bien le reconnaître, un certain mélèze...

 Lettre ouverte à propos de Robert Rocca

Photo Robert Rocca : Roger-Viollet AFP


Chroniques sur France-Inter

1. La première
18 janvier 2000, invité 
Jean-Pierre Mocky
Emission "Rien à voir" de Laurence Boccolini

Un auditeur me pose la question suivante : « Je suis un passionné de Scrabble et je voudrais savoir si le mot Mocky peut être considéré comme un nom commun. Si tel était le cas, cela me permettrait de placer d’un seul coup les lettres k et y, ce qui, sur un mot compte triple, peut donner un joli score. » Je réponds à mon auditeur : votre question est très pertinente ! Pour écouler votre k et votre y, il y a bien une autre solution : faites d’abord « Moka » puis, avec un w que vous aurez sagement mis de côté, vous ferez « whisky » au tour suivant en l’accrochant à  « Moka ». A condition bien sûr qu’un autre joueur ne vienne pas entre temps se greffer sur le k de votre Moka, avec par exemple képi, aïkido ou ski. Bon, si on vous fauche la place avec ski, essayez tout de même de glisser w, h et i devant, ça fera whiski avec un i à la fin mais comme 87,7% des joueurs de scrabble sont incultes, (alors que cette proportion tombe à 73,6% chez les invités à la cérémonie des Césars et 53,5% chez les Ministres de la Culture – pratiquement un sur deux, c’est terrifiant ! -) vous pouvez espérer que vos camarades de jeu n’y voient que du feu...

 Première chronique à France-Inter


Radio-France / Christophe Abramowitz


85. Jean Becker
Émission "Le Fou du Roi" de Stéphane Bern, 27 février 2001

 Jean Becker


95. Éric & Ramzy
Le Fou du Roi, 29 mars 2001

 Éric & Ramzy


106. Raymond Devos
Le Fou du Roi, 30 avril 2001

 Raymond Devos

499. André Glucksmann
Émission Le Fou du Roi, 23 mars 2006

 André Glucksmann


508. Akhenaton
Émission Le Fou du Roi, 26 avril 2006

 Akhenaton

26 mai 2010 sur France 2 : Les dix ans du Fou du Roi : Stéphane Bern, Trinidad et Vincent Roca (coupé au montage de l'émission, bien sûr !)


762. Le bonheur
Le Fou du Roi, 22 mars 2010





764. L'art de la caricature
Le Fou du Roi, 29 mars 2010





769. Au siècle dernier
Le Fou du Roi, 22 avril 2010





785. Richard Bohringer
Émission Le Fou du Roi, 1er octobre 2010

 


815. Et la dernière...
Émission Le Fou du Roi, 29 juin 2011



Adresse au Maire de Paris
Texte dit sur France-Inter, dans le cadre des Évadés du Fou du Roi, dans le 7/10 de Nicolas Domorand le 4 juin 2008.


Ce matin, permettez, Bertrand Delanoë,
Que je m’adresse à vous, à cloch’ sur mes douz’ pieds.
Et qu’au Mair’ de Paris, je souffle deux trois choses…
Vous faut-il urgemment, pour les besoins d’la cause,
Imiter Duracell, notre lapin d’arène,
Taureau de pacotille et son écarlat’ reine ?
Vous faut-il, comme lui, viser le chiffon rouge
Du pouvoir qui scintille et qui sans arrêt bouge ?
Un trône en céramiqu’ faubourg St Honoré ?
Restez donc à Paris, Bertrand Delanoë ! .../...


 Adresse au Maire de Paris

 Adresse à Delanoë

Rocabulaire
Le jeu consiste à prendre un mot ou une expression, à se glisser entre deux lettres, à s'engouffrer, à se promener, le temps de quelques lignes...

POÉSIE

La POÉSIE est une maladie. 
Une maladie non orpheline puisqu’elle est fille du langage et de l’émotion. Comme la frénésie, elle se traduit par une exaltation qui met parfois hors de soi, comme l’hérésie elle heurte la raison, comme l’énurésie elle peut-être inconsciente, et laisser des traces sur le papier, comme la pleurésie, elle enflamme le thorax, comme le kinési, elle est mouvement, chaleur, froid, elle sollicite les muscles, les tendons, et comme le revenez-y, elle ne vous lâche pas facilement. 
L’individu atteint de POÉSIE, appelé poète pour qu’il ne se fasse pas bêtement écraser au carrefour, a des troubles de la vision et de la perception. Il lui arrive de voir à la place d’une table un bout de mer, un miroir, la tristesse ou même une enclume. Pour le poète, les voyelles ont des couleurs, et le ciel pèse comme un couvercle. Selon qu’il s’appelle Guillaume Apollinaire ou Allain Leprest (avec deux ailes) le poète voit passer sous le Pont Mirabeau nos amours ou des hydrocarbures. 
Le poète a fait des études jusqu’à la licence, dite poétique, mais il n’a pas de travail pour autant. Pour subsister il fait la manche, ou l’océan, ou le ruisseau. Il se nourrit à la source et malgré ses dents de lait et ses griffes en coton, mord à même le monde. Les poètes les plus atteints sont enfermés dans des sortes de prisons dorées qu’on nomme anthologies, mais qui ne sont pas toutes l’œuvre de Georges Pompidou. La promiscuité y est douteuse et le sale type qui monte la garde s’appelle Michard. 
La POÉSIE est une maladie incurable. Elle est même une des rares maladies qui se prolonge après la mort. C’est d’ailleurs souvent après la mort qu’elle est, semble-t-il, le plus contagieuse. Et c’est grâce à cette hypothétique promesse de contagion, que beaucoup de gens tristement sains fréquentent les poètes morts, dans l’espoir secret d’attraper leur maladie.

 Rocabulaire

Chansons pour Elsa Gelly
Album "Larguez les amours"
Textes : Vincent Roca
Musiques : David Richard et Pierre-Marie Braye-Weppe


Le prince charmant
On m’appelle Cendrillon / Je suis la belle au bois fumant
J’attends mon prince châtiment / Cendrier est son nom
De tous mes poumons grillés / Je dépose ma vie à ses pieds


 Le prince charmant

Anatomie
Lorgnez sur mon anatomie / Matez la chair et le châssis
Mes cartilages vous sont offerts / Et mes humeurs et ma salive
Avec mes sucs et mes odeurs / Tout est bon dans l’écorchée vive...


 Anatomie-Elsa Gelly

 
Site d'Elsa Gelly :
Elsa Gelly

Album "Larguez les amours" :
Larguez les amours Album

Spectacle "Larguez les amours", Avignon 2008 :
Critique - Larguez les amours - Les trois coups

Elsa Gelly, David Richard (accordéon), Pierre-Marie Braye-Weppe (violon, guitare)


Amusements prohibés (version 2014)
sur l'air de "Jeux interdits"
Paroles : Vincent Roca / Musique : anonyme


Défense d'entrer de cracher de fumer d’uriner d’afficher de jeter des ordures
Interdit de toucher de parler au chauffeur
De marcher sur les p'louses et d'écrire sur les murs

Compostez votre titre de transport respectez la zone de confidentialité
Attention à la marche en descendant du train
J’aim’ ma vill’ Je ramasse un seul bagage à main

Fumer provoque le cancer signalez tout colis qui vous semble suspect
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé
Contrôles radars fréquents propriété privée circulez

Il est expressément absolument tout à fait interdit de se pencher dehors
Nicht hinausleenen do not lean out of the window
e  pericoloso sporgersi

Ne dépassez pas la dose prescrite
Cinq légumes et cinq fruits trois pater deux navets
Six lexomyl et hop bouclez votre ceinture ne bougez plus ne respirez plus c'est fini


 
Version enregistrée par les Amuse Girls dans l'album "Shoot le pianiste" :
Amusements prohibés Les Amuse-Girls

 
Version Vincent + guitare 1982 (!)

Amusements prohibés 1982

Vincent Roca chante Boby Lapointe

Le 6 mars 2005 au Fanal, Scène Nationale de Saint-Nazaire, dans le cadre des "Courants d'airs", fut chantée en public l'intégrale des chansons de Boby Lapointe. Ce marathon Lapointe regroupait Anne Sylvestre, Gérard Morel, Xavier Lacouture, Michèle Bernard, Paule-Andrée Cassidy, Thierry Romanens, la Compagnie L'air de rien, la chorale Notes in gammes et Vincent Roca. 


Chansons interprétées par Vincent Roca :
La fleur bleue contondante

Je suis né au Chili

Moi, le philosophe et l'esthète


23 ans plus tôt, en 1982, à Ziguinchor au Sénégal, armé d'une seule guitare sommaire, Vincent Roca se frottait déjà aux mots de Boby :


Loumière Tango 1982



Photo : Claude James, INA 1er janvier 1964

Abeilles
Au cours de la saison 2008/2009, la Scène Nationale L’Hexagone de Meylan, dans le cadre de ses rencontres-I, a invité Olivier Darné, plasticien et éleveur d’abeilles urbaines. Ses ruches ont été installées dans l’espace public dès le printemps en plusieurs lieux de l’agglomération grenobloise. Vincent Roca fut à cette occasion institué « abeille du coche ».

Bienvenue à la banque du miel
C’est le guichet des emprunts ruche
Les intérêts sont substantiels
C’est du miel pas de la peluche
 
Pour faire fructifier notre mise
L’abeille a fait du trempollen
Passé de l’or dans ses valises
Du nectar dans son abdomen
 
C’est c’qu’on appelle l’union sucrée
Entre abeilles et p’tits épargnants
Butin d’nous autres, venez goûter
À la gratuité cent pour cent ! .../...

 Abeilles Meylan, Mai 2009

Photo : Antoine Conjard

Directeur du personnel de PSA face à Arnaud Montebourg
Si Vincent Roca avait fait, comme c'était prévu, Math Sup, Math Spé...





Extrait de l'émission "Roumanoff et les garçons" avec Dany Mauro (Montebourg)


Deux chansons pour Chanson Plus Bifluorée
Album "Peinture à carreaux"
Paroles : Vincent Roca
Musique : Sylvain Richardot


 La fête aux oiseaux

 L'argent

Mon ami Michel, pépiniériste à Soyaux

Je vais vous parler d’un ami. 
Son prénom c’est Michel. Mais vous pouvez l’appeler elle. Il est pépiniériste. Semis-professionnel. Styliste en haute-bouture, grand maître de jet d’eau, ceinture verte, première dame. Né sous le signe du terreau, tout juste la fleur de l’âge, disons… quelques pelletées de printemps et deux ou trois brouettes. C’est un doux de la feuille qui flirte avec les fleurs. Michel est diplômé de l’école des beaux arbres. Il a fait sciences pots de fleur. Il a même fait l’ENA, l’Ecole de Naturisme et d’Arboriculture. Chez lui, ça prolifère, c’est un herbier sans nom ! Il vit avec des lys. À chaque bouton de rose qui s’ouvre, il fait une fête : il dit qu’une nouvelle rose c’est une maison éclose, alors, il faut pendre la trémière… 


 Michel


"Hôpital souffrance" - Festival du Rire de Montreux 2007
(Extrait)



Cet idiome de Sarkozy
Chronique du 14 janvier 2011, "Le Fou du roi" sur France-Inter

Monsieur le Président de la République, permettez-moi de vous vouvoyer, simple principe de précaution. Je suis en effet un type 1) pas très riche, 2) pas très intelligent, 3) que vous pourriez aisément croiser au Salon de l’agriculture, et 4) pas tout à fait certain de mon attitude dans l’éventualité où vous me tendriez la main. Je sais que ces quatre points justifient, de votre point de vue, l’emploi du tu de proximité, voir plus si acidité, alors je préfère prendre les devants, garder mes distances, car, comme on dit, j’ai un grand respect pour votre fonction.
Monsieur le Président, une sournoise question d’un député socialiste au Ministre de l’Education Nationale, a récemment remis sur le tapis votre façon de parler, vos écarts de syntaxe, votre grammaire approximative, bref, votre jargon particulier que j’appelle cet idiome de Sarkozy et que d’aucuns qualifient de langage de poissonnière. Outre que le CAP de poissonnier contient un enseignement non négligeable de la langue française, et qu’il est donc fort peu probable qu’on entende un jour une marchande de morues déclarer en rendant la monnaie : « C’est moi que ça fait plaisir », ou bien marmonner toute seule dans son coin en dépiautant un cabillaud : « Si y’en que ça les démange d’augmenter les impôts », sachez, monsieur le Président, que, personnellement, je suis très friand de vos cabrioles verbales. .../...


 Cet idiome de Sarkozy

 Cet idiome de Sarkozy mp3

Dessin : Romain Boussard


Pierre Desproges est mort et n'en démord pas
Chronique écrite pour l'anniversaire de la mort de Pierre Desproges, le 18 avril 2008, "Le Fou du roi" sur France-Inter, en direct du Printemps de Bourges

Il y a 24 ans, le 18 avril 88, le cancer de Pierre Desproges était annulé. Pour raison de santé. La mort, vissée sur le trottoir de la rue Blondel, cuissardes et corset, seins livides et ronds comme l’Eternité, comme il la décrit lui-même dans son réquisitoire contre William Sheller, 17 décembre 82, la mort lui a lancé un dernier : « Tu viens, chéri ? ». Cette fois-là, il n’a pas résisté. Et il est mort. Il a eu ce qu’il méritait. Du moins ce qu’il attendait, ce pourquoi il avait tenu 49 ans en équilibre instable sur notre planète dérisoire, l’unique raison qui le faisait vivre, la mort. Il en a pris pour 20 ans, et plus, car, manifestement, affinités… Desproges, mortel déposé, avec un nom qui commence comme De profundis et qui finit comme tout un chacun qu’on abroge, ne donnait pas cher de sa peau… Alors qu’on ne nous fasse pas rigoler, Desproges est mort et toujours mort. .../... 

 Joyeux anniversaire, Pierre !

Photo : Michel Birot


Lecture publique : "Ça vient de la rue..."
au Zinc des livres à Vendôme, septembre 2008

Chronique du 6 avril 2007, "Le Fou du roi" sur France-Inter à l'occasion de la venue de IAM






Cheveux et j'exige...




Il fut un temps où ma pilosité faciale était florissante. J’étais attifé comme un jean-foutre. Les poils touffus et les cheveux tout fous étoffaient le personnage : il s’agissait de suggérer que peut-être sous cette tignasse ébouriffée gambergeait un esprit décoiffant.







Photo : Miguel Torre



(Indispen)sable









Homme.
Animal si éperdu dans la merveilleuse contemplation
de ce qu'il pense qu'il est,
qu'il néglige ce qu'il devrait indubitablement être.

Ambrose Bierce
The Devil's Dictionary - 1911







Photo : Francis Reynès


 Les poteaux... les amis, quoi

Un coin dans le 20ème...
Xavier Lacouture, Yannick Le Nagard, Serge Llado, Sarclo, Bernard Joyet, Vincent Roca et l'ami Wally de dos...
Soirée anniversaire Wally - 14 décembre 2015 - Théâte du 20ème à Paris - Photo : Norbert Gabriel


Nous aussi on voudrait vivre vieux... nous aussi on voudrait vivre vieux... nous aussi on voudrait vivre vieux... nous aussi on voudrait vivre vieux... nous aussi on voudrait vivre vieux

Un coin de plateau...
Françoise Chaffois, Trinidad, Vincent Roca, Wally (et sa guitare...), Jean-Baptiste Azéma, Camille Schnebelen
Et le vin fût - 2012



Bon, là, il manque clairement Gérard Morel... Sans doute est-il allé boire un coup, juste le temps de la photo. Il faut dire que cet homme est discret : il ne veut pas prendre trop de volume. On le comprend.

Un coin de salle d'attente...
Bernard Joyet, Vincent Roca , Marie-Thérèse Orain, Anne Sylvestre, Xavier Lacouture, le 11 novembre 2013 à l'Européen à Paris - Photo de Chantal Bou-Hanna


Un coin de bar...
François Morel, Vincent Roca après "Hyacinthe et Rose" à la Pépinière théâtre (spectacle tendre et drôle de François Morel) le 27 février 2013 - Photo de Clémentine


Un coin de loge...
Wally, Jean-Marc Catella, Vincent Roca, Jacques Dau, Xavier Lacouture, Alain Bernard. Monnaie 6 octobre 2012


Un coin de restaurant...
Dominique Desmons, Bernard Joyet, Vincent Roca, Sarclo. L'Entrepot's, Paris 20ème, 7 février 2011


Un coin de chambrée...
Pierre Aucaigne, Jean-Marc Catella, Vincent Roca, Jacques Dau, Manu Kroupit
Uniformes suisses - Morges sous Rire

Un coin d'herbe...
Vincent Dubois, Vincent Roca, Kroupit. Villard de Lans octobre 2000

Un coin de table...
Vincent Roca, Adrienne Mascunan, Monette Candela, Michel Dupuy, Pierre Aucaigne, Boeuf-Théâtre, Antibes septembre 98


Un coin de jeunes...
Jacques Dau, Jean-Marc Catella, Vincent Roca - La GB, 1995


Un coin de piano...
Eddy Schaff, Gairidon, avril 98


En guise de conclusion, car il convient de remettre les choses à leur place à la suite de cet autoportrait, somme toute, assez présomptueux...

Dessin de Bosc
1965