VINCENT ROCA
 
1er mai : le mariage muguet

Pour une meilleure connexion, des échanges fluides, tout en gardant les mains libres : le mariage bluetooth !

Pour une liaison épicée, moitié ail, moitié vanille : le mariage pour gousses !



L'affaire Tournesol


3 mai : un ado, à dix mille kilomètres de son camp de base...

1. Phase normale : la joie


2. Phase exacerbée : l'exubérance


3. Phase subliminale : l'orgasme

Avec, dans le rôle de l'ado, Lenny Roca (Attention : Lenny Roca n'est pas le petit fils de Robert Rocca puisqu'il est le fils de Vincent Roca - voir à la page "Du Roca")

Le temple du soleil


13 mai : chronique du dégueulo-et-millau

Comme on le sait, le «Repas gastronomique des Français» a été rajouté, depuis novembre 2010, à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. 
Malgré cela, si certains doutent encore de la qualité de la cuisine française, en voici, glané au hasard de mes pérégrinations hexagonales, une preuve indiscutable !
 
Dans la charmante bourgade de Vannes, chef-lieu du Morbihan (chef-lieu, le lieu du chef, notez-le, cela en impose, question cuisine !), rendez-vous à la brasserie L’Océan, 4 place Gambetta, dont la terrasse donne sur le port.



À l'entrée, une ardroise alléchante vous propose le menu du jour et, notamment, ce dessert dont le nom même fleure bon la fraîcheur et les saveurs variées : Tarte Tutti-Frutti, avec trois majuscules s'il vous plaît !!! (Vous m'autoriserez à aligner ici trois points d'exclamation pour marquer le coup...)



Ayant personnellement envie de moules marinières, je renonce au menu du jour, non sans avoir le ferme intention de commander la Tarte Tutti-Frutti au dessert, et commande mon plat de mollusques préféré. Le serveur, monté sur piles duracell, me répond sans le moindre sourire qu'on n'est plus en "petite saison", il n'y a donc plus de moules. Je me rabats sans réfléchir sur le croque-monsieur, erreur fatale... Le croque-monsieur acheté cuit sous cellophane et réchauffé au micro-ondes, arrive dans mon assiette, à peine tiède, dégoulinant d'une béchamel (béchamel mucho !) parfumé à l'indéfinissable, moelleux comme du joint de baignoire, se déchirant sous la fourchette comme un chewing-gum sour la molaire, bref, le cloque-monsieur qui vous plombe l'estomac et le moral pour la fin de la journée. Mais passons, le meilleur est à venir...

Car voici le moment tant attendu de la Tarte Tutti-Frutti, qui arrive, posée sur son auréole blanche, sur laquelle est sculptée une sorte d'homme-cheval en coulis de fruits rouges du plus bel effet. Admirez la chose :


Eh oui ! Vous l'avez reconnue ! La macédoine de fruits en boîte de 5 kgs de notre enfance, celle de la cantine des collèges, des casernes et de toutes les colos, de Landévennec à Brioude, et de Sarreguemines à Saint-Paul les Trois Châteaux, la macédoine de fruits en boîte sur son fond de tartellette découpé au laser, aux dimensions règlementaires (triangle isocèle de 88 mm de côté, angle au sommet de 32° suivant les normes NF-37B812 du 8 juillet 1998). 
Vous noterez sur la photo que le grouillot en cuisine chargé de fabriquer ce petit concentré de gastronomie a pris soin, mais sans doute le lui a-t-on énergiquement conseillé, d'y faire figurer une demi-cerise et un grain de raisin (si les mots cerise et raisin veulent encore dire quelque chose dans cet environnement culinaire là...), afin d'y apporter une note de couleur et ce petit plus qui fait cossu. J'ai personnellement vérifié, en lorgnant sur les parts de mes voisins, que toutes les Tartes Tutti-Frutti servies comporatient une demi-cerise et un grain de raisin (à tel point que je me suis posé la question de savoir si le nombre de demi-cerises et de grains de raisin dans une boîte de 5 kgs coïncidait avec le nombre de tartelettes prévues par le constructeur !).


Inutile de préciser que je n'ai pas touché à la Tarte Tutti-Frutti à trois majuscules. Je ne puis donc répondre à la question qui brûle toutes les lèvres (mais pas mon estomac !) : y a-t-il, sous le tas de macédoine, une fine couche de crème pâtissière ou de coulis de vomissure de rat.

Bien sûr, une fois rentré à l'hôtel, et après avoir expédié le cloaque-monsieur dans la cuvette réservée à cet effet, je me suis précipité sur le Net pour voir si j'étais le seul à vouloir faire de la publicité pour cet établissement vannetais. Je fus très heureux de découvrir toutes ces petites étoiles déposées par les internautes, et la description qui suit, sans doute rédigée par le chargé de communication du restaurant en question :


Ce qui prouve, s'il fallait une preuve, qu'on trouve vraiment n'importe quoi sur le net !

Le sceptre d'Ottokar


15 mai

À la sortie de l'école, Maïlou, élève de CP, me dit :

- Je suis le meilleur de la classe en intelligence, en sagesse, en écoutage et en respect des règles.
- Ah bon ? Et qui t'a dit ça, la maîtresse ?
- Non, c'est moi.

Je pense qu'il doit être également très fort en auto-évaluation.

Coke en stock


16 mai

En accompagnant (certains jours) Maïlou à l'école, je m'imagine devant répondre à la directrice revêche qui fait le gendarme au portail :
- Vous êtes son grand-père ?
- (Énervé) Non.
- (Moins péremptoire) Son père ?
- (Ferme) Non.
- (Avec un petit sourire en coin) Son beau-père ?
- (Tenace) Non.
- (Déconcertée) Mais vous êtes qui ?
- (Fier d'avoir concocté cette réponse) Je suis le père de certains de ses frères.

Mais voyant, à chaque fois, à mon arrivée, mon air décidé du type prêt à dégainer sa kalachnikov, elle ne me pose pas la question.

L'île noire


17 mai : naissance ou des ailes ?

Il y a 63 ans, un nénuphar sur le lac de Constance.
J'y naissais (homme, pourtant).
Mais la constance n'est pas mon fort.
Je suis né sous le signe du versatile,
Ascendant de sinusoïde.
"Droit au but" m'est inconnu.
Je suis le zigue aux aguets qui zigzague.




Tintin et les Picaros


18 mai : eau de Pologne

Un bébé polonais est né ces jours-ci avec 4,5 grammes d'alcool dans le sang. Sa mère, ivre, avait perdu connaissance dans un magasin de boissons alcoolisées avant d'accoucher à l'hôpital.

C'est ballot, quand on est ivrogne, de perdre toute connaissance dans un magasin de boissons alcoolisées !

Rapporte-t-on ce fait divers à cause de l'expression "soûl comme un polonais" ou l'expression "soûl comme un polonais" existe-t-elle à cause d'une accumulation de faits divers de cet acabit ?

Le bébé survivra-t-il ? Qui défendra la mère indigne ? La parole est à la vodka...

 

Le crabe aux pinces d'or


19 mai : l'amour... fftt !

Tu fus l’amour, l'amour fut tu.
 
L’amour futon. L’amour ? Tu fonds…
 
L’amour tout fou, tout fout l’amour.
 
L'amour tout fait, l'amour faitout.
 
Faut tout l'amour, l'amour tout faux.
 
L’amour touffus, l’amour fut tout.
 
L’amour fétu, l’amour futé.
 
L'amour tôt fait, l'amour, t'es faux.
 
Fit-on l’amour ? L’amour typhon.
 
L'amour t'est feu, l'amour te fait.
 
Tant font l'amour ! Fend-on l'amour ?
 
L’amour fou tue, l’amour foutu.
 
Fait-on l'amour ? Fêtons l'amour.

L'amour tant faim ! Feint-on l'amour ?
 
L'amour, fous-t-en ! L'amour t'en fout...
 
L’amour t’es fin. Feinté, l’amour !
 
L'amour fait tant ! L'amour ? Fais-t-en !
 
L'amour fêté, l'amour, t'es fait !
 
Tu feins l’amour. Fute, hein, l'amour !
 
L’amour fait tout. L’amour ? T’es fou !

Objectif lune


22 mai : couse d'irritation

Mon fils Lenny, élève de 3ème, avait ce matin épreuve de "Course d'orientation" du Brevet des Collèges, au parc des Buttes-Chaumont. Il devait ensuite manger à Ménilmontant puis retourner au collège pour une après-midi de rattrapage. Je le vois débarquer vers 13H45 à la maison. Il pose son cartable en soufflant, se débarrasse de son blouson puis déclare :

"C'est tous des psychopathes !"

Après quoi il va se coucher.


 

Le temple du soleil


27 mai : pipi papal

Je me suis arrêté, avec soulagement, si j'ose dire, hier, au bord de la nationale 7, au lieu-dit Barbeloup, sur la commune de Tronsanges (Nièvre), au pied d'un monument érigé là à bon escient, un poil plus de deux cent ans après un prestigieux voyageur...




En effet, le 19 juin 1812, un pape s'arrêta pour faire sa petite commission épiscopale sur le bord de la route, et le petit pissou papal, au pied d'un cerisier, nous précise-t-on, fut rebaptisé pour la postérité "frugal rafraîchissement". Cette charmante litote ne trompe personne, il suffit de lire le nom du pape en question : Pie VII...

Tintin au Congo